L'Afrique Equatoriale Française, le ralliement précoce à la France Libre

L'Afrique Equatoriale Française était une colonie composée de quatre territoires réunis administrativement depuis 1910 : le Tchad, le Moyen-Congo, le Gabon et l'Oubangui-Chari et dont le chef lieu était Brazzaville au Moyen-Congo.

 
 
 
 
Carte de l'Afrique Occidentale Française (A.O.F.) et de l'Afrique Equatoriale Française (A.E.F.) issue d'un manuel scolaire édité autour de 1920 (Géographie - cours moyen - certificat d'études par Paul Kaeppelin).

Faisant suite à l'appel du général de Gaulle, le Gouverneur du Tchad Félix Eboué annonce le 26 août 1940 le ralliement du Tchad à la France Libre.

Le 27 août, le Cameroun se rallie à son tour, suivi le 27 août par le ralliement du Tchad le 28 août 1940 et de l'Oubangui-Chari le 29 août 1940.

Le gouverneur du Gabon, Georges-Pierre Masson, semble dans un premier temps favorable à un ralliement à la France-Libre avant de se raviser et de rester fidèle à Vichy. La Gabon est alors pris de force par les Forces Françaises Libres emmenées par le colonel Leclerc et le chef de bataillon Koenig : Libreville est prise le 12 novembre 1940.

Le 27 octobre 1940, le général de Gaulle désigne Brazzaville comme capitale de la France Libre, désormais pourvue d'une assise territoriale.

Un arrêté du 13 septrembre 1940 paru au JO de l'A.E.F ordonne qu'une surcharge libre ou Afrique Française libre soit apposée sur les timbres de la colonie

Le 12 novembre 1940, Félix Eboué est nommé gouverneur de l'Afrique Equatoriale Française Libre.

 
 
     
 
Lettre à en-tête du gouvernement de l'Afrique Equatoriale Française envoyée le 21 janvier 1941 de Brazzaville, capitale de la France Libre depuis le 27 octobre 1940 et affranchie aux moyen de timbre de l'AEF surcharchés libre à destination du gouverneur du Gabon à Libreville. La lettre, expédiée par avion, a été contrôlée par la commission B de Pointe-Noire où elle a transité le 3 février 1941.
 
 
  

Etonnante enveloppe envoyée par avion d'Afrique Equatoriale Française Libre comme l'attestent l'affranchissement, l'adresse de retour (au Gabon) et le contrôle postale d'AEF, probablement acheminée non postalement d'AEF aux bureaux des FFL à Londres, contrôlée par les FFL à Londres (bande de censure FFL et chiffre 7 dans un cercle) et remise au bureau SW1 à Londres à proximités des bureaux de la France Libre.
 
 
  

Enveloppe envoyée par avion de Libreville en Afrique Equatoriale Française Libre le 3 février 1942 à destination d'Exeter en Grande-Bretagne, contrôlée par la commission C d'A.E.F (Libreville) et par la censure de Lagos (Nigéria britannique) où la lettre est passée en transit le 7 févier 1942.
 
 
  

Enveloppe envoyée par avion de Bangui en Afrique Equatoriale Française Libre le 28 mars 1943 par un militaire du Bataillon de l'Air n°1 des FAFL à destination de la Grande-Bretagne, contrôlée par la commission E d'A.E.F (Bangui). La lettre est en franchise partiuelle, l'affranchissement de 6 F ne payant que la seule surtaxe aérienne.