La création des chantiers de la jeunesse

Aux termes de la convention d'armistice franco-allemande, le service militaire est supprimé. En remplacement, le général Weygand, alors Ministre de la Défense et artisan de la Révolution Nationale pétainiste, fait créer par un décret du 31 juillet 1940 les Chantiers de la Jeunesse Française.

Leur direction est confiée au général (démobilisé) de la Porte du Theil. Très hiérarchisés, les groupes composants les chantiers de jeunesse sont des rouages de la propagande pétainistes, exaltent les valeurs vichystes d'ordre, de travail, de communion avec la nature et de culte du chef.

L'organisation des chantiers de la jeunesse

Les chantiers de jeunesse sont répartis dans la zone non occupée (y compris l'Afrique du Nord). Leur direction, le Commissariat Général des Chantiers de Jeunesse, est installé à Chatel-Guyon dans le Puy-de-Dome.

 
 
Lettre envoyée le 16 décembre 1940 de Castillon-en-Cousserans en Ariège par un jeune du Groupement n° 28 "Péguy", avec cachet du vaguemestre. Elle est écrite de la commune de Galey.
 
 
     
 
Carte postale interzones envoyée le 6 novembre 1940 de Saint-Maurice-sur-Eygues (Drôme) par un jeune du Groupement n° 33 "Ventoux", groupe 2, équipe F avec cachet de vaguemestre
 
 
 
 
Carte postale envoyée le 2 avril 1941 de Meyrueis (Lozère) par un jeune du Groupement n° 19 "Dixmude" avec cachet de vaguemestre
 
 
     
 
Lettre envoyée le 18 novembre 1940 par un marin du croiseur Suffren interné à Alexandrie, à destination d'un jeune du groupement n°1 "Maréchal Pétain" à Saint-Bonnet-Tronçais dans l'Allier.