Les internés civils détenus par les Italiens sur le sol français

L'Italie fasciste a occupé le sud-est de la France durant une période allant des jours suivant débarquement allié en Afrique du Nord jusqu'à la capitulation italienne, soit du 11 novembre 1942 au 9 septembre 1943.

Durant cette période d'occupation, les autorités italiennes ouvrent plusieurs camps afin d'y détenir des opposants politiques, des ressortissants de pays ennemis (britanniques, américains) et des juifs.

réf. 1 Site Nice sous l'occupation 1942-1943, notamment le chapitre consacré à l'occupation italienne.

Les autorités italiennes ont ainsi procédé à 1 325 arrestationsréf. 1 dans les départements français occupés durant cette période. En effet si l'occupation italienne a été nettement moins répressive que l'occupation allemande, notamment vis-à-vis des juifs, il ne faut pas sous-estimer le rôle de la redoutable police politique fasciste, l'OVRA, rompue à la poursuite des opposants au régime.

Les autorités italienne ouvrent plusieurs camps dans les départements français occupés:

réf. 2 Le camp italien d'internés civils d'Embrun par Claude Gérard, Documents Philatéliques n° 211, 15 janvier 2012.
  • Caserne Salel à Sospel, ouvert de janvier à juin 1943 (les internés sont transférés à Embrun)
  • Caserne Vallier de la Peyrouse à Embrun, ouvert du 23 mai au 9 septembre 1943réf. 2
  • Fort Victor-Emmanuel, un des cinq forts de l'Esseillon, à Modane jusqu'au 9 septembre 1943
  • L'OVRA a également installé un centre d'interrogatoire et de torture au sein de la villa Lynwood à Nice.

         
     
    Lettre envoyée le 24 août 1943 du Consulat suisse de Nice provisoirement transféré à Grenoble à un civil britannique interné au camp italien d'Embrun dans les Hautes-Alpes. Le destinataire est cité dans la liste des 1 325 arrétés dressée par le site niceoccupation.free.fr. La lettre a été contrôlée par la commission italienne de Mentone.