Camp-Hopital de Recebedou à Portet-sur-Garonne (Haute-Garonne)

Camp-Hopital de Recebedou à Portet-sur-Garonne (Haute-Garonne)

marques

Camp de Recebedou
Censure
Camp de Recebedou
Le Directeur
 

Sous le régime de Vichy

Retour à la page consacrée à l'internement administratif sous le régime de Vichy.

Le camp de Recebedou est, avec le camp de Noe, l'un des deux camps-hopitaux ouverts en février 1941 par le ministre de l'intérieur de Vichy Marcel Peyrouton et destinés à interner les ménages agés de plus de soixante ans et les infirmes. Le camp a une capacité de 1 400 places. Les conditions d'internement se dégradent rapidement en raison du manque d'équipement et de médicaments. 314 personnes décèdent au cours de leur internement au camp du Recebedou.

Des juifs internés sont livrés aux autorités nazies et déportées via Nancy.

     
 
Lettre envoyée le 26 novembre 1941 de Portet-sur-Garonne par un interné au camp de Récébedou, à destination de la Croix-Rouge à Genève. La lettre est envoyée non-affranchie, alors que les internés civils ne bénéficient d'aucune franchise. Le courrier a été visé par la censure du camp.
 
 

 
Lettre à entête du camp-hôpital de Récébedou envoyée le 6 août 1942 de Portet-sur-Garonne à destination de la Croix-Rouge à Genève. Le courrier porte également un cachet administratif du directeur du camp.