Les FFL au Moyen-Orient

À l'issue de l'armistice de Saint-Jean d'Acre, les soldats de l'armée du Levant pouvaient soit être rapatriés, soit rejoindre les FFL. Seuls quelques postiers choisirent le camp FFL, aussi la poste aux armées au Levant se trouva complètement désorganisée.

     
 
Lettre oblitérée de Beyrouth le 8 mai 1942, provenant de la délégation générale de la France Libre au Levant et à destination d'Alexandrie. La lettre a été contrôlée par les FFL à Beyrouth (cachet CP à croix de Lorraine) et par le contrôle postal égyptien./div>

Un service postal FFL est remis en place, mais au vu des dysfonctionnements, le général de Gaulle confia là Alexandre Ducatillon, un postier militaire passé à Londres en 1940, le soin d'améliorer la poste aux armées FFL au Levant. Alexandre Ducatillon a raconté les circonstances de son intervention au Moyen-Orient lors du colloque "Les agents des PTT dans la Résistance" qui s’est tenu à Paris du 21 au 23 novembre 1984 (suivre le lien et faire une recherche sur "Ducatillon" pour lire son témoignage.).

Un chapitre est intégralement consacré à la poste aux armées FFL.


     
 
Lettre envoyée en février 1942 du Cameroun à destination des Forces Françaises Libres à Damas. Contrôle postal du Cameroun (commission A) et contrôle postal militaire britannique en Égypte. Cachet de transit FFL-4 du Caire du 23 février 1942 et cachet d'arrivée FFL-2 de Damas du 28 février 1942.

Les FFL mirent également en place un contrôle postal à partir de juillet 1941. De nombreuses marques ont été utilisées, toutes portent une croix de Lorraine caractéristique.