La libération de la France

Les conséquences immédiates du débarquement allié en Normandie (6 juin 1944)

Longuement préparé par les Alliés, reporté en raison de conditions météorologiques défavorables, le débarquement de Normandie est préparé par une intensification des bombardements, ainsi que par le largage de 24 000 parachutistes dans la nuit du 5 au 6 juin 1944.

De nombreux messages radiophoniques émis par Radio Londres annoncent ce débarquement et commmuniquent des instructions (notamment de sabotage) aux groupes de la Résistance. La mémoire collective a notamment retenu les vers de Paul Verlaine annonçant l'imminence du Débarquement : Les sanglots longs des violons de l'Automne blessent mon coeur d'une langueur monotone.

Le 6 juin 1944 à minuit a lieu l'évènement tant attendu, le débarquement sur les plage Normandie de 132 000 soldats alliés. Le 8 juin, Bayeux est ainsi la première ville d'importance libérée.

La débarquement allié a pour conséquence de perturber les relations postales dans les zones de combat et avec les zones encore non libérées. Par ailleurs l'administration française, passés sous l'autorité des Commissaires de la République met en place un contrôle postal dans les zones libérées.

Il n'y avait effet plus de contrôle postal français en zone occupée depuis 1940. La réapparition de bandes contrôle accompagnées d'un chiffre encadré est caractéristique des premières marques de la Libération en Normandie.

Il est difficile de dater et localiser précisément l'apparition de ces premières marques. Un mise en place à Caen en juillet 1944 est une hypothèse sans être une certitude.

     
 
Lettre envoyée de Rochefort-sur-Mer la veille du débarquement allié de Normandie à destination de Caen, revêtue d'une bande de contrôle et des cachets 007 et 015 caractéristiques des premières marques de la Libération. Caen n'a été libéré que du 9 (rive gauche de l'Orne) au 19 juillet (rive droite), il s'agit probablement de courrier retenu et distribué après la libération.

Les soulèvements initiés par la Résistance

Les messages envoyés par radio Londres, ainsi que l'annonce du débarquement allié en Normandie, provoquent une vague de soulèvements aux conséquences parfois tragiques. En voici quelques exemples :

Dès le 6 juin 1944, des résistants menés par un aristocrate militant communiste, Jacques Méaudre de Sugny, proclament en Ardèche la République d'Annonay qui disparut avec la contre-offensive allemande du 29 juin 1944. L'Ardèche ne fut libérée définitivement qu'à partir d'août 1944 (Privas : 12 août 1944). Les marques de contrôle FFI apparues en Ardèche en juin 1944 témoignent de cette première libération.

En Limousin, les 7 et 8 juin 1944, les maquisards proclament la libération de Guéret et Tulle, mais les allemands reprennent ces deux villes le 9 juin. A Tulle, la divisison SS Das Reich procède par représaille à la pendaison de 99 habitants. C'est cette même division, alors en route vers le front de Normandie et harcelée par les FFI, qui le 10 juin massacre toute la population du petit village d'Oradour-sur-Glane, soit 642 hommes, femmes et enfants.

En Bourgogne, Cluny est la première ville de Saône-et-Loire libérée par les FFI. Les FFI apposent sur le courrier leurs propres griffes et marques de contrôle.

En Savoie, Annecy est libéré le 19 août par les résistants.

Du 19 au 25 août 1944, Paris entre en insurrection alors que les alliés avancent vers la ville. Le gouverneur militaire allemand de Paris occupé signe l'acte de reddition au général Leclerc, représentant du général de Gaulle, et au chef communiste de l'insurrection, le colonel et résistant communiste Rol-Tanguy.

 
     
 
Lettre envoyée du Cheylard en Ardèche le 24 juin 1944, ouverte par la censure FFI qui a apposé une bande de contrôle spécifique utilisée localement. L'Ardèche a été libérée une première fois par la résistance intérieure avant d'être reprise par une contre-offensive allemande, puis libérée une seconde fois par l'Armée de Libération du 29 août au 1er septembre 1944.
 
     
 
Lettre envoyée de Cluny en Saône-et-Loire le 24 août 1944 à destination de Mâcon, revêtue d'une griffe ornée de croix de Lorraine Saône-&-Loire Service postal assuré par les FFI. Cluny est la première ville de Saône-et-Loire libérée, dès le 11 août 1944, par l'action des FFI. Mâcon n'ayant été libérée que le 4 septembre, la lettre a probablement été distribuée après cette date par des FFI se suppléant aux services postaux.

Les surcharges de la Libération

Les timbres d'usage courant sont ornés de la figure autrefois adulée et désormais honnie du maréchal Pétain, chef de l'Etat déchu et transféré par les Allemands à Sigmaringen en Baden-Würtenberg.

Les commissaires de la République, souvent devancés par des chefs locaux de comités de la Libération, font surcharger les timbres Pétain afin de maculer la figure du chef de la France de Vichy au moyen de lettres R.F., symboles de la République Française rétablie et triomphante du régime de Vichy.

Flairant le filon et l'argent facile, de nombreux négociants et collectionneurs ont également fait surcharger des séries afin d'alimenter un marché philatélique florissant en dépit des circonsances!

Le 13 novembre 1944, des enveloppes sont vendues à Paris par le M.L.N (Mouvement de Libération Nationale) au profit de F.F.I. au prix de 300 francs pièce. Ces enveloppes sont revêtues d'une vignette de Gaulle M.L.N., d'un timbre Pétain surchargé d'une croix de Lorraine et d'un cachet poste spéciale F.F.I. daté du 19 au 26 août 1944. Les lettres du 26 août on également une griffe encadrée Paris libéré. Leur adresse est censée être codée, et selon la légende ces lettres auraient été acheminées durant l'insurrection par des coursiers cyclistes. Ce sont plus probablement des souvenirs philatéliques fabriqués spécialement pour la vente du 13 novembre, donc bien après la libération de Paris.

Les émissions postales de la Libération

Afin de remplacer les figurines Pétain, plusieurs émissions sont mises en circulation

  • Les Mariannes et Coq de Fernez, imprimées à Alger par le CFLN, ont été émises en Corse libérée dès janvier 1944. Elles arrivent sur le continent après le débarquement allié en Provence (15 août 1944) et ne sont mises en vente générale que le 15 novembre 1944.
  • Les Arc de Triomphe sont des figurines imprimées aux Etats-Unis par les autorités américaines en prévision de la mise en place d'un AMGOT en France. Elles sont mises en circulation en Normandie libérée dès septembre 1944 (11 septembre à Carentan) avant une mise en vente générale le 9 octobre 1944.
  • Les Iris, imprimés à l'atelier des timbres-postes à Paris (le 1F50 iris est mis en circulation le 5 septembre 1944).
  • Les Mariannes de Dulac imprimées à Londres. Prévues de longue date, leur impression est retardée et du fait de la multiplicité des émissions elles n'ont plus réellement d'utilité, mais pour ne froisser personne le timbre à 1F50 est tout de même émis le 16 septembre 1944, et les autres figurines en 1945.
  •      
     
    Lettre envoyée de Coutances le 2 octobre 1944, affranchie au moyen d'un timbre à 1F50 au type Arc de Triomphe gravé et imprimé aux Etats-Unis. La série Arc de Triomphe avait été imprimée en prévision de la mise en place d'un AMGOT comme en Italie, mais la célérité avec laquelle de Gaulle a nommé les commissaires de la République et rétabli l'administration a court-circuité cette intention et l'a rendue caduque.

    La Libération de Paris, le retour des institutions et des partis politiques

      
     
     
    Petite enveloppe à en-tête de la Chambre des Députés, oblitérée du cachet Paris 6-bis Assemblée Consultative du 29 décembre 1944, envoyée par avion vers Madagascar. L'expéditeur est le député communiste André Mercier, vice-président de l'Assemblée. L'affranchissement à 9F en timbres de la série Arc de Triomphe correspond à la seule surtaxe aérienne.
     
         
     
    Lettre par avion du 20 octobre 1945 à destination de Beyrouth (Levant Français), envoyée par la Confédération Générale du Travail (CGT). Cette lettrre est affranchie au moyen d'une machine clamant un slogan réclamant la nationalisation des industries clés. Ce slogan montre à la fois le retour dans le jeu social et politique des syndicats et des communistes. De nombreuses industries seront effectivement nationalisées aux lendemains de la guerre, conformément au programme du Conseil National de la Résistance (CNR).
     
     

    La presse de la Libération

    La poursuite de la guerre

         
     
    Lettre envoyée par un stagiaire de l'UNRRA